À quoi t’as joué en… #13, Janvier 2021

Nouvelle année, nouveau travail, et beaucoup plus de temps pour jouer, notamment sur la pause du midi, où cela m’est à nouveau possible, ne serait-ce que parce je suis seul dans mon bureau, et que cela m’était autorisé par ma responsable lors de mon précédent contrat. L’occasion d’explorer à nouveau des petits jeux de courte durée, et quelques plus volumineux à la maison, lors d’un repos bien mérité après les traductions et activités du mois dernier !

Micro City (2nd Edition)

Une partie

Je tente cette fois-ci le module Seaport et retire le Logistics, le tout en me confrontant à un gratte-ciel quelconque à cinq étapes. Si je gagne, le défi est bien au rendez-vous et la partie bien plus intéressante que les précédentes. Je ne suis pas certain de comment jouer une ou deux règles et dois décider sur l’instant après n’avoir trouvé aucune réponse sur les forums. Une victoire satisfaisante pour un jeu qui pourrait bien trouver un second souffle grâce à ce module.

The Isle of Cats

Une partie

En difficile, je pars assez mal en sacrifiant beaucoup de ressources pour m’accaparer un panier permanent dès le premier tour et peine à remonter la pente, me focalisant sur les chats bleus qui rapportent chacun quatre points à l’adversaire. Si je finis avec beaucoup de leçons, peu me permettent de marquer des points, et ma défaite est cuisante. Il faudra faire mieux la prochaine fois. La partie reste plaisante, bien qu’elle fut interrompue par de nombreux pleurs de bébés.

Clash of Deck

Une partie

P1080293
Il est là, il est beau, c’est le kit de démo.

Avant qu’il n’apparaissent sur Kickstarter en Février, je me lance dans une partie rapide avec les versions I et VII. Mutant tour 1 : l’IA ne s’en relèvera pas, et d’autres de mes unités déciment les siennes. Malgré un coup de chaud vers la fin de partie où j’observe toute la finesse du système puisqu’il ne me reste plus que deux cartes en main et qu’un Affûtage bien senti détruit ma tour de guet, je remporte la partie en assenant rien moins que 14 dégâts au dernier tour, soit la somme exacte nécessaire. Il est temps d’accroître la difficulté.

Horreur à Arkham: le jeu de cartes

Deux parties

Silas et Trish bravent les renouveaux de La Cité des Archives et Les Profondeurs de Yoth et triomphent des deux. Silas n’éprouve aucune difficulté et devient même invincible assez rapidement grâce à Clef d’Ys, Peter Sylvestre et son homologue combat/PV. Trish est une machine à ressources. Amusant.

Aeon’s End

Deux parties

Je vaincs Burrower et Burning Kor sans aucune difficulté malgré des personnages assez peu exploités et des marchés complètement ubuesque, dont un ne comportant aucune gemme. Il me semble que la difficulté en mode indépendant a été sacrifiée pour garantir l’équilibre du pseudo-mode campagne. Regrettable. Burrower n’a déclenché aucun de ses pièges, Kor a été plus difficile mais sans être problématique pour autant. Comme attendu, la mécanique de l’un, utilisant le marché, et de l’autre, focalisée sur le déplacement sur un plateau, sont toutes deux sous-exploitées. Je n’en attendais pas moins aux itérations trop fréquentes au vu de la quantité de contenu présenté chaque année, dont il est clair que la durée de développement n’est pas suffisante.
L’annonce d’une nouvelle boîte géante n’ayant fait l’objet d’aucun écrémage et comportant onze Nemesis et vingt-et-un mages me fait doucement sourire : ils n’apprendront jamais.

Ragemore

Quatre parties — Nouveau jeu !

p1080111.jpg
Le jeu n’est pas aidé par une absence totale de paramétrage.

Difficile de déterminer à la seule lecture des règles si je joue correctement tant la mécanique est particulière. Sans pour autant être plaisante. Très beau, le jeu est également très abstrait, et jamais l’on ne se sent diriger une équipe de RPG aux prises avec un donjon plein de monstres. Il s’agit simplement de bouger des cartes à droite à gauche en fonction de leurs symboles. Je remporte deux parties et ne suis guère emballé. Dispensable.

Skulls of Sedlec

Sept parties — Nouveau jeu !

P1080108
Il vous faudra prioriser chaque structure adéquatement pour marquer un maximum de points au vu de ce qu’il reste à venir.

En solo avec l’extension Monstrance. Je suis un peu surpris que les différents combinaisons ne donnent pas lieu à des objectives de score comme le permet Sprawlopolis, et le regrette tant que je pense que la comparaison avec un tableau de scores assorti de petites phrases thématiques fait retomber la tension d’une victoire/défaite adaptée à des configurations parfois bien plus difficiles à exploiter que d’autres. Pour autant, je trouve la version solo intéressante, mais elle montre également les limitations des 18 cartes, qu’il est nécessaire d’utiliser à chaque fois et qui n’apportent pas tant de variété que cela. Espérons que l’extension Executioners permette de changer la donne, en apportant certes plus d’aléatoire quand le jeu permet davantage de planification, mais également un peu plus de défi et de spéculation pour le joueur. Bien, mais souffre davantage des contraintes que son prédécesseur, une petite déception malgré un design solo réussi.

Orchard

Huit parties — Nouveau jeu !

Il m’est très difficile d’appréhender convenablement ce jeu et les parties se retrouvent au final à durer bien plus longtemps que prévu tant les décisions sont difficiles à prendre et lourdes de conséquences pour les coups suivants. Il est facile de se retrouver bloqué suite à une action qui paraissait idéale au moment où elle fut prise, et il serait intéressant, bien que difficile, de retenir toutes les cartes afin de déterminer ce qui peut être entrepris ou non. On appréciera le fait que seule la moitié des cartes soit utilisée pour chaque partie. L’ajout des jetons fruit pourri ouvre la porte a un panel de décisions et de tentations bienvenu. Un bon petit jeu, certes pas révolutionnaire, mais facile à transporter et à jouer, un peu cher au vu du contenu peut-être, mais qui sera assez rapidement amorti, encore une fois sans atteindre le niveau de qualité de Sprawlopolis. Mais une alternative intéressante après 80 parties de ce dernier.

Kingdom Rush: Rift in Time

Huit parties — Nouveau jeu !

P1080292
Le moment précis où nos chemins se sont séparés.

C’est la mort dans l’âme qu’il me faut admettre que ce jeu est pour moi une énorme déception. Passé la surprise de la boîte, proprement gigantesque, je n’ai rien à redire côté matériel, et tolère les inserts qui semblent avoir déçu du monde. Non, ce qui ne me plait pas, c’est surtout le design extrêmement restrictif du jeu, qui me laisse un goût de “tu ne peux pas”. Tu ne peux pas attaquer les portails avec tes héros, tu ne peux pas laisser passer les portails, tu ne peux pas garder tes tours lorsqu’elles attaquent des portails, tu ne peux pas améliorer tes tours si tu les joues, tu ne peux pas jouer sur telle ou telle couleur d’emplacement, tu ne peux pas ci tu ne peux pas ça… Tu ne peux pas t’amuser, voilà le ressenti que j’en garde. Je persiste cependant, trouve les parties plus agréables avec deux personnages qu’un seul, apprécie le scénario 3 qui se défait des portails, retombe dans la routine des portails et finis par trouver que la variété n’est finalement pas au rendez-vous, tous les scénarios se ressemblent. J’abandonne en cours de partie le scénario 5, sans savoir si je gagne ou je perds, agacé par le nombre un peu ridicule de hordes à gérer en un tour. C’est trop, je ne m’amuse pas, et je suis déçu.
Le jeu n’est certes pas mauvais, le design est innovant et ingénieux, mais pour moi, les sensations du jeu vidéo qu’il retranscrit ne sont pas présentes : pas ou peu de marge d’erreur, pas de possibilité de laisser ses tours en place et de les améliorer au moment critique, et surtout pas cette sensation d’amusement un peu décérébré quand des dizaines et des dizaines d’ennemis tombent sous les coups d’un chemin bien armé sans plus avoir besoin de toucher à quoi que ce soit. Un bon jeu, qui ne correspond simplement pas à mes attentes. Mis en vente.

Squire for Hire

Quinze parties — Nouveau jeu !

P1070752
Monseignor, il est l’or !

Des débuts difficiles alors que les contraintes de mission (devoir avoir tant de tuiles en jeu, devoir recouvrir tel type d’objet) me frustrent et me donnent l’impression de devoir déconstruire ce que j’ai difficilement construit, une mécanique qui sur le principe me déplait. Le jeu me frustre de plus en plus, puis un déclic se fait et je commence à l’apprécier. Gagner n’est pas aussi facile qu’il y paraît, d’autant plus que l’absence de livret de règles porte un grand préjudice à la volonté de jouer comme l’a pensé le créateur, mais les différents personnages offrent bel et bien des tactiques différentes. Un petit jeu un peu étrange et qui atteint rapidement ses limites et demande l’ajout d’au moins de nouveaux personnages. Il est bien plus difficile de marquer des points avec certains qu’avec d’autres, je peine par exemple beaucoup avec Tenderfoot et gagne plus facilement avec Ooru. Heureusement, le goût de “reviens-y” est bien présent. Pas indispensable pour un sou, mais permet de varier les plaisirs lorsque l’on peut jouer tous les midis. J’espère pouvoir le tester à deux joueurs, je pense qu’il y gagnera.

Maeshowe: an Orkney Saga

Trente-trois parties

La grande majorité de ces parties a consisté en phases de test pour les extensions débloquées lors de la campagne de financement. Globalement je suis très satisfait par ces nouvelles extensions qui possèdent leur identité propre et apportent des décisions stimulantes au joueur. L’une d’entre elles modifie la façon de jouer de manière assez profonde à mon sens et deviendra rapidement une favorite. Une autre est un peu trop difficile à utiliser à mon goût. Nous verrons si mes retours seront pris en compte, mais dans tous les cas, elles contribuent à consolider la place dans ce jeu dans ma collection et à renforcer l’estime que je lui porte, ce qui est, en toute honnêteté, une surprise : je ne m’attendais pas à apprécier autant Maeshowe.

Et toi, à quoi t’as joué en Janvier 2021 ? Viens nous en parler ici.

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s