Update 11/12/2016 – Hero Realms étoffe son extension, Sentinels of the Multiverse son stand-alone, et Kingdom Death: Monster son univers

Hero Realms: The Ruin of Thandor

Hero Realms, le petit dernier de White Wizard Games, n’est pas qu’une version re-thématisée de Star Realms, premier jeu de la maison d’édition. C’est aussi la porte ouverte à une campagne coopérative, jouable en solitaire ou à plusieurs, à l’aide de decks de départ pré-construits.

Si le jeu et les decks de départ ont été envoyés et enfin reçus par les backers qui ont choisi l’option Promo Pack 1 pour Star Realms, le pack de campagne, lui, n’était attendu que pour Janvier 2017.

La donne a cependant changé, puisque la date limite a été repoussée à Avril/Mai 2017 (au mieux). En cause, les tests constants effectués sur la campagne, et la très nette augmentation du nombre de cartes présentes ! De 55 cartes prévues à l’origine (pour un prix recommandé en magasin de $9,99), le starter, désormais nommé The Ruin of Thandor, passe tout de même à 144 cartes, ce qui l’amène logiquement au prix recommandé de $19,99.

Ce que l’on sait de la campagne est qu’elle débutera par une rixe de taverne.

1190e6312b49d8f03eb393641c6b9815_original
Et voilà, tu ne pouvais pas t’en empêcher, une fois de plus? Echec critique sur ton jet de corruption? Vraiment?

Et c’est un peu tout en matière de scénario ! Mais les premières cartes sont encourageantes, puisqu’elles témoignent de l’importance de la coopération et des zones de jeu, avec par exemple la possibilité de se faire piéger derrière des meubles détruits dans la rixe.

1aa31874ded2c09e985a2229f9041b16_original
Le travail consenti sur les frames est très appréciable, bien qu’un peu chargé.

Source

 

Sentinels of the Multiverse: OblivAeon

La toute dernière itération des Sentinels of the Multiverse – sous format cartes en tout cas – s’offre également le luxe de tests massifs occasionnant un retard.

Nouvelles informations sur le système de jeu, donc : le combat contre OblivAeon se déroulera dans cinq (!) environnements différents, et la partie sera perdue si les environnements sont détruits, ce que s’occupe de faire l’antagoniste – ce qui n’est pas sans rappeler l’éco-terroriste Deadline, qui revient d’ailleurs dans cette extension sous la forme d’un héros jouable nommé Lifeline.

Si vous avez suivi, le jeu ne devait à la base pas contenir le moindre environnement, mais deux avaient finalement été débloqués par le biais des stretch-goals, lors de la campagne Kickstarter.

Mais deux environnements ne sauraient suffire à faire d’OblivAeon un jeu stand-alone. En toute logique, le jeu se voit donc affublé de trois nouveaux lieux, qu’il tenait à cœur aux développeurs de rajouter puisqu’importants dans le scénario global. Ces nouveaux decks seront donc la cité militaire de Morgendradthe Maerynian Refuge (où résident les derniers survivants de la race de Tempest) et les Champion Studios, lieux de tournage.

La mauvaise nouvelle est en revanche qu’OblivAeon, initialement prévu pour Janvier 2017, n’a plus de date de parution. Greater Than Games, à l’origine de la licence, table cependant sur le premier semestre 2017.

Espérons que ce délai supplémentaire permettra à la franchise de finir en beauté, après un nouveau système de jeu (Vegeance) plutôt décrié, car trop complexe pour une grande partie des joueurs. L’initiative est en cas louable, et si je comprends que ce genre de pratique puisse frustrer, j’encourage les développeurs à prendre du retard pour soigner au mieux leur jeu et en livrer la meilleure version possible ! Une leçon que Steamforged Games Ltd serait bien inspirée de tirer pour Dark Souls, qui rencontre de plus en plus de grogne mais se presse pour respecter sa date de sortie.

Source

 

Kingdom Death: Monster

Si vous êtes parvenus à échapper au rouleau-compresseur Kingdom Death: Monster (KD:M) sur Kickstarter, sachez que le jeu est en train de battre pas mal de records.

KD:M est un jeu unique en son genre, publié en 2015 après trois ans de retard sur sa première campagne KS, et qui se paie le luxe d’afficher une note de 9,1 sur Boardgamegeek – du jamais vu en ce qui me concerne.

Le jeu, qui combine figurines extrêmement détaillées et cartes de différents formats, vous propose d’accompagner la prise de conscience et le développement d’une civilisation de survivants dans un monde extrêmement brutal au sujet duquel personne ne sait rien.

Décomposé en plusieurs phases, le gameplay vous permet de chasser des monstres qui mettront à mal tant votre santé mentale que votre sens de l’esthétisme, afin de les affronter dans un combat à mort extrêmement violent, déterminé par des jets de dés et des tirages de cartes. Une fois leur proie abattue, vos survivants pourront récupérer des matériaux et les travailler au camp, créant de nouveaux bâtiments, des armes, des armures, etc. (Le système est volontairement simplifié pour cet article.)

J’ai préféré, afin de ne pas me gâcher la découverte, ne pas aller trop en avant dans la curiosité, et je ne peux donc pas vous parler plus en avant des événements.

a5bd5e36ecd47d851b162f414ccc4951_original
Si comme moi vous adorez l’imagine de Guillermo Del Toro sur le Labyrinthe de Pan ou Hellboy II, vous devriez fondre pour cette nouvelle extension. Vous apprécierez également le détail exhaustif du contenu, foisonnant.

La campagne Kickstarter, ouverte jusqu’au 08 Janvier 2017, est en tout cas un vrai délice ! Le créateur dévoile chaque jour le contenu d’une extension, sous forme de jet de dés… Sauf lorsqu’un événement spécial se déroule ! C’est ainsi que, le 10 Décembre 2016, un jet de dé a simplement occasionné le meurtre d’une des miniatures de l’extension par une autre miniature de ladite extension, le Murderer, révélée quelques jours plus tôt! Plusieurs autres récompenses y ont au préalable été ajoutée : une, suite à la triche éhontée du développeur, qui a refusé de révéler la surprise que les dés lui demandaient de montrer, une autre lorsque les joueurs sont parvenus à battre son niveau sur Super Mario Maker, Kingdom Death 1-1

KD:M n’est, il faut l’avouer, pas fait pour tout le monde. Le design laisse la part belle à l’horreur, et incorpore des éléments sexuels qui ne seront pas au goût de tous (pénis tentaculaires, mamelles, etc.) Le prix est également extrêmement élevé.

d81e3f7a0dfe731943d9cf1326333e61_original
Les pin-ups ne proposent rien en termes de gameplay, mais sont un moyen de mettre un peu d’humour dans ce monde de noirceur. Ici accompagnées de teaser pour de prochaines extensions. Un délice, je vous dis ! A suivre, même sans acheter 🙂

Pour ceux qui sauront surmonter ces deux obstacles, la licence vous propose des heures de campagnes coopératives, en solo (apparemment très intéressant car vous pouvez réellement optimiser vos survivants sans avoir à vous soucier de faire plaisir à chaque joueur en lui permettant de développer celui qu’il incarne), ou jusqu’à 4 joueurs (voire 6 grâce à une variante officielle).

La version proposée ici est la 1.5, qui revoie grandement certaines tables, jugées déséquilibrées, et rétablit également l’équilibre des arbres technologiques, en plus d’ajouter de nouveaux modèles et un boss final au Core game.

Attention cependant, méticulosité et patience sont à prévoir pour assembler et peindre les magnifiques modèles proposés par le jeu de base et ses (pour l’heure) 17 extensions, proposées ici à 50% du prix de vente maximal conseillé.

Campagne du jeu

Advertisements

7 comments

  1. Le comboteur fou, militant du jeu de cartes s’aventure sur les terres du jeu de plateau voire du jeu de figurines…
    Tu as pledgé ce machin ?

    En tout cas une ressource indispensable en français pour appréhender ce jeu :

    Like

    • J’y réfléchis pour l’instant. Ça me pose le même cas de conscience que pour millenium blades: un jeu énorme avec un millier de cartes, très très apprécié, mais extrêmement difficile à sortir auprès de novices… Et j’ai bien du mal à garder une table et à la réunir fréquemment. L’avantage de KD:M étant la possibilité de le jouer seul.

      Pour les figurines, j’ai déjà soutenu Dark Souls 🙂 à voir si les promesses seront tenues.

      Like

  2. En jeu de plateau solitaire, il y en a d’autres moins élitistes car monter et peindre des figurines en grappe n’est pas donné à tout le monde sans parler du prix.
    Il paraît que le KS Dark souls a eu quelques soucis.
    Pour ma part le seul KS figurines que j’ai pledgé est le récent mythic battles (jeu d’affrontement qui commence par une phase… de draft !!)

    Like

    • “En jeu de plateau solitaire, il y en a d’autres moins élitistes”

      Certes, mais aucun qui propose ce que KD:M propose, à savoir l’établissement d’un camp de survivants, le développement d’un arbre de compétences, le scénario aux multiples possibilités étalé sur 25 parties, la chasse d’une proie, l’esthétique abominable et dérangeante, le craft d’armes et d’armures.

      “Il paraît que le KS Dark souls a eu quelques soucis.”

      Je pense qu’il va rapidement devenir un cas d’école sur quoi ne pas faire lors d’une campagne KS en effet. Mais j’attendrai de tester pour me prononcer, je ne tiens pas à me faire rembourser comme d’autres avant moi. KS est un risque, et je l’assume 🙂

      “Pour ma part le seul KS figurines que j’ai pledgé est le récent mythic battles (jeu d’affrontement qui commence par une phase… de draft !!)”

      Un de mes amis possède ce jeu, mais je n’ai pas encore eu l’occasion de l’essayer !

      Like

      • Il doit posséder la V1 qui est plus typée wargame et scénarios (avec les token et sans figurines). Dans la V2 reboot du KS (mythic battles : Pantheon), ils ont fait des figurines et revu le jeu sur une thématique d’escarmouche assez classique commencant par du draft.
        Le système de résolution aux dés est assez remarquable.

        Quant à la spécificité “rpg” de KD:M, j’y préfererai un Mage Knight qui fait aussi du RPG sur une partie complète de 3 à 4 heures et a une rejouabilité extraordinaire ou bien Pathfinder : adventure card game qui fait aussi du rpg coop sur 33 scénarios d’une heure environ et qui est très accessible (bien qu’un peu répititif).

        Like

  3. Mage Knight est sympa mais est plus une version deckbuilding light de Heroes of Might and Magic, de mon point de vue. Son gros avantage est cependant qu’il propose également une version JcJ en plus du JcE. Je ne l’ai pas encore chroniqué car je n’ai joué qu’une partie.

    Pathfinder a été testé en version tablette, et honnêtement, j’ai trouvé ça assez répétitif, en plus d’être complètement aléatoire. De plus, la version physique semble plutôt contraignante à mettre en place. Quelques bonnes idées, mais je me suis ennuyé ferme. Les bugs multiples n’ont certes pas aidé à mon jugement, mais je ne souhaite pas l’essayer en version physique.

    A mon sens, aucun des deux ne s’approche de ce que propose KD:M. Leurs univers sont de plus trop génériques pour moi. J’aime les univers forts et les imaginaires complexes, et à ce titre j’aime énormément ceux de Gruff, d’Aeon’s End et de KD:M justement, et suis très friand de Dune et des ouvrages de Tolkien, ainsi que des films de Del Toro.

    Mais encore une fois, oui, KD:M est un pur jeu de luxe qui est réservé à une frange mineure de la population de joueurs. En revanche, je suis très content de le voir briser autant de records sur ce KS. Cela signifie que les joueurs s’attachent plus à la qualité qu’à la quantité, et qu’ils préfèrent mettre une grosse somme dans un jeu de haute volée, plutôt que beaucoup de petites sommes dans pléthores de jeux médiocres. Et Dieu sait qu’avec au moins 1.000 jeux sortis par an, la médiocrité est présente !

    Je sais que certains sont écœurés par les sommes qui y sont engagées, mais je n’y vois pas réellement de problème. Le jeu de plateau et de figurines est un hobby, et lorsqu’on voit les sommes que certains dépensent dans d’autres hobbies (montres, sports, voitures, high-tech), celles mises dans KD:M ne sont pas si élevées que cela. Et on reste en deçà de ce que peut coûter Magic: the Gathering. Mais un jeu comme KD:M ne peut que diviser, j’en suis conscient.

    Pour ce qui est des figurines, l’assemblage et la peinture sont un plaisir pour les personnes manuelles, même s’il représente un frein pour celles qui ne le sont pas, et qui ne souhaitent que faire la mise en place et la partie. De plus, elles permettent de remplir une vitrine d’exposition 🙂

    Après tout, comme a dit le créateur lui-même: pledge responsibly!

    Like

  4. Oui je suis d’accord, KD:M est la rolls du “jeu de société” et mérite son succès. Mais il demande pas mal d’investissement de la part des joueurs. Quand je vois les types qui aimantes les figurines pour avoir le survivant en phase avec le perso et ses équipements, ça rend le jeu épique.
    Malheureusement, les grappes et 200+ pages de règles, c’est trop pour moi sauf à avoir un bel objet dans un placard.

    Like

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s