ABXY – Quatre boutons, des milliers de bastons

I – Présentation

pic3051171

Fiche descriptive
Nombre de joueurs : 2 joueurs
Durée : 15 min
Mécaniques : programmation simultanée, mindgame, affrontement
Format de cartes : bonne question.

ABXY est un jeu de Jack Rosetree, dont c’est également le premier jeu. Suite à une campagne un peu trop optimiste sur Kickstarter, le jeu n’est aujourd’hui pas édité. Il est cependant offert gratuitement, et dans son intégralité, en print and play, sur le site de Broken Games, iciVous trouverez également l’extension gratuite, ainsi que la possibilité de faire imprimer le jeu par un studio. Les frais de port pour la France sont malheureusement prohibitifs. Vous trouverez ici les Twists, qui vous permettront de pimenter vos parties. Oui, avec une dédicace spéciale pour qui vous savez 🙂

Cette chronique a été réalisée après quatre parties.

Les combats de Pokémon, pour un joueur de console d’expérience, se résument souvent à de courts échanges de coups extrêmement puissants, capable de mettre K.O. les plus puissantes bestioles en seulement deux attaques, et qui s’embarrassent rarement de fioritures. Pourquoi, dans ce cas, le jeu de cartes officiel à collectionner vient-il rajouter à cela stades, énergies, dresseurs, et autres tactiques douteuses ne reflétant en rien ce que sont ces affrontements de haut niveau ?

Peu importe la raison, le résultat est le même : ces combats ne sont pas aussi intenses que l’aurait souhaité Jack. C’est pourquoi il a créé le micro jeu ABXY, dans lequel deux équipes de monstres s’affrontent, ne disposent que de quatre actions, et mordent la poussière au bout de deux coups. Voilà qui ressemble plus à de la compétition Pokémon de haut niveau!

II – Règles et matériel

Les règles

Dans ABXY, chaque joueur s’affronte par le biais de cinq créatures. Une créature parmi ces cinq est sur le front, combattant son adversaire direct. Ces créatures peuvent être choisies de plusieurs manières en début de partie : distribution aléatoire, draft, semi-construit, construit… Le choix vous appartient.

Pendant un tour de jeu, chaque joueur sélectionne deux actions parmi les quatre qu’il a en main, et les dispose face cachée devant lui, dans l’ordre de son choix. Elles seront alors résolues chacune à leur tour, simultanément dans les deux camps. Les actions correspondent à des boutons :

A permet d’attaquer. Cela endommage la créature adverse. Si la créature est déjà endommagée, elle est alors vaincue.

B permet de défendre. Si l’action bloque une attaque, la créature riposte alors, lançant une attaque.

permet de changer de créature. La créature actuellement sur le front se replie et une autre créature de son équipe la remplace.

Y permet de provoquer l’adversaire. Si l’adversaire effectuait un changement, c’est le joueur qui lance la provocation qui sélectionne quelle créature monte sur le front. Si l’adversaire défendait, il perd son bouton B jusqu’au prochain changement de créature, et ne peut donc plus défendre.

pic3053958

Pour gagner, il faut vaincre les cinq créatures de l’adversaire, tout en ayant encore une créature en jeu.

Bien sûr, le jeu ne se limite pas à cela, et chaque créature possède plusieurs capacités, parmi lesquelles un type et un élément, qui ne servent que dans quelques cas marginaux. Sont plus importants :

Le poids. C’est lui qui détermine l’ordre dans lequel les actions sont résolues. Si B prime toujours sur A et Y sur X, la créature la plus légère agira avant la plus lourde. Un aspect majeur de la stratégie à prendre en compte lors du choix de ses actions.

La capacité passive. Chaque créature dispose d’une capacité, qui ne dépend pas d’un bouton programmé. Il peut s’agir d’une invulnérabilité à certains types de dégâts ou d’actions, ou de la capacité de se soigner lors de la défaite d’un adversaire. Ces capacités peuvent retourner la partie et complètement neutraliser l’équipe adverse. En empêchant les soins, par exemple.

La capacité active. Chaque créature possède une capacité que vous pouvez activer en sélectionnant le bouton lui correspondant. La contrepartie est qu’en utilisant cette créature, vous perdez l’opportunité d’utiliser l’action normalement attribuée à ce bouton. Si la nuisance est mineure avec le bouton Y, les soigneurs utilisent bien souvent le bouton X, ce qui signifie simplement que vous ne pourrez pas changer de créature lorsque vous les sélectionnerez, les envoyant probablement à une défaite certaine.

Quelques créatures utilisent les éléments ou les types pour générer des immunités ou des défaites instantanées. Mais ils sont surtout utilisés par un twist qui instaure un jeu de pierre-papier-ciseaux pour modifier l’équilibre du jeu.

fffc3bc3ad8b3e8df4af9a9167a0dfde_original

 

Le matériel

pic3070791

Ne disposant que d’une version print and play dont les dimensions sont modifiées en raison de la différence entre les standards américains et ceux du reste du monde en matière de feuilles de papier, je ne peux dire grand chose sur la qualité du matériel ou les dimensions des cartes.

Les illustrations sont quant à elles particulières, et se concentrent, pour la grande majorité, sur un œil de la créature représentée. Les autres dépeignent la tête de la créature. Les boutons, quant à eux, sont très plaisants à voir et à manipuler.

En sa qualité de micro jeu, le jeu ne propose pas plus de 35 cartes, et environ 50 avec l’extension. Les dimensions sont particulières, et on peut déplorer la différence de taille entre les cartes de créatures et les cartes de bouton, mais il faut avouer que cette disparité se justifie pleinement en partie. J’ai pour ma part hâte de tester la version géante que j’ai imprimé en A3. Mais j’ai pour mission de trouver une meilleure façon de la manipuler, auparavant.

III – ABXY sur la balance

Le pour :
ABXY est complètement gratuit ! Le développeur a vraiment fait de la générosité son cheval de bataille, et offrir ainsi un jeu complet est très appréciable.
ABXY est dépourvu d’aléatoire ! Ce jeu se résume à deux cerveaux qui s’affrontent et tentent de se deviner. Oui, c’est mentalement éprouvant. Mais avoir le contrôle complet de la partie est plaisant et change des autres jeux de cartes.
ABXY est simple mais complet ! Les règles ne sont pas complexes, les interactions et timings complexes tous développés dans les règles. Mais les créatures réclament toutes des stratégies différentes, des timings bien pensées, et la prise en compte des pouvoirs de l’adversaire. Le jeu est profond et passionnant, et le monde compétitif qu’il pourrait ouvrir bluffant.

Le contre :
ABXY est éprouvant ! Beaucoup de décisions à prendre en peu de temps. Les joueurs atteints d’analyse paralysante passeront des heures à sélectionner leur action. Avant de se demander laquelle leur adversaire prendra, et à peser la leur à nouveau.
ABXY n’est pas édité ! Pas de belle version professionnelle et de boîte dans laquelle tout ranger. De plus, le format n’est pas conventionnel.
ABXY propose une direction artistique particulière ! Je pense que les illustrations sont une des raisons pour lesquelles le jeu n’a pas réussi son financement participatif. Elles laissent une place importante à l’imaginaire tout en ne donnant pas suffisamment d’éléments pour le développer. Une bonne idée, mais qui ne prend pas avec moi.

IV – L’avis du Comboteur Fou

Le postulat de départ est bien rempli : ABXY émule une rencontre de haut niveau de Pokémon bien mieux que le jeu de cartes à collectionner du même nom. Les combats sont rapides, intenses, ne laissent aucune place au hasard, et chaque action a des conséquences dramatiques. Contrairement au JCC, pas de gestion de ressource (énergie), pas de construction de deck, pas d’interférence de dresseurs, d’objet, de stade, ou que sais-je encore. ABXY, c’est votre adversaire, vous, et les deux créatures par le truchement desquelles vous allez en découdre. Rien d’autre.

Comme pour Epic, le plus simple pour apprendre à connaître le jeu est de distribuer aléatoirement cinq créatures à chaque joueur et de lancer le combat. Mais sitôt ce premier affrontement résolu, je vous encourage à passer à du draft ou semi-construit.

En effet, les pouvoirs de bon nombre des créatures sont beaucoup trop situationnels pour valoir le coup en distribution aléatoire. Nixian est, par exemple, immunisé contre certaines conditions de défaite, et son pouvoir n’a que peu d’intérêt si son one-shot ne peut être exploité par les faiblesses des adversaires. Tandis que d’autres pouvoirs sont fumés quoiqu’il arrive. Comme pour Epic, la distribution aléatoire est ainsi le meilleur moyen pour se dégoûter du jeu.

C’est tout un monde qui s’ouvre à vous avec les autres modes de jeu cependant, et la partie débute bel et bien au moment de la construction de son équipe, puisque le scellé et le draft sont ouverts et que vous savez ce dont dispose l’adversaire. Vous pouvez ainsi déjà élaborer votre stratégie.

Exemple : contre Citadel, horrible créature ne pouvant attaquer directement l’adversaire mais massacrant le banc de touche. Connaissant mon adversaire, je savais qu’il sélectionnerait cette créature en premier. J’ai donc choisi comme première créature celle qui permet de forcer l’adversaire à changer, et vous permet de choisir quelle créature il mènera au front. Je fais donc monter Boscoe, qui a le pouvoir de soigner les créatures alliés, mais ne peut battre en retraite, et le massacre, coupant ainsi à mon adversaire la moindre capacité de soin. Durant la partie, je force Citadel à rester sur la touche, la rendant inutile en tant que dernière créature.

2c5c756750f0f47e70802f359e11bc07_original
Cheap, sans doute, mais surtout très risqué.

Ceci n’est qu’un exemple de la profondeur de gameplay d’ABXY. Les créatures peuvent également faire revenir des alliés vaincus, vaincre un adversaire en bloquant tous ses boutons, frapper ou défendre deux fois par tour, et ainsi de suite. Elaborer sa stratégie est passionnant, et la mettre en application est haletant, entre bluff et contre-mesures.

Certaines créatures paraissent plus fortes que d’autres, mais le poids, les rendant plus lentes, la privation d’actions de base primordiales, rend le jeu finalement très équilibré.

Mais la vraie force du jeu réside pour moi dans la programmation simultanée. Là où la plupart des jeux de cartes d’affrontement se consacrent au tour par tour, rendant par là les échanges artificiels, limités, et laissant à l’adversaire le temps de réagir. Ici, les décisions doivent se faire en un éclair, sans savoir nécessairement laquelle de nos créatures effectuera la deuxième action. La profondeur, et la rapidité ajoutée au gameplay sont importantes, et c’est ce qui donne également ce côté dynamique, lecture de l’adversaire, et bluff, à ABXY.

Si je ne suis globalement pas conquis par la direction artistique, les illustrations restent de très bonne qualité, et apportent malgré tout au jeu un cachet relativement unique.

Tenant dans la poche, rapide à mettre en place et à jouer, ABXY s’avère être un jeu d’une profondeur surprenante et offrant une rejouabilité quasiment infinie. Quand bien même vous vous lasseriez, vous avez l’opportunité de changer complètement la donne avec les twists, qui peuvent faire agir en premier les créatures les plus lourdes, donner un système de handicap lié au type des créatures, ou faire commencer chaque créature blessée. De quoi renverser la vapeur.

Et si tout cela ne saurait suffire, la première extension, représentant des personnages du domaine public (Osiris, Nyarlathotep, Docteur Jekyll/Mister Hyde), rajoute une dizaine de créatures aux 20 du jeu de base, chacune avec ses nouveautés. De quoi s’affronter pendant des heures.

Attention cependant à bien vous équiper des règles afin de déterminer correctement timings et effets, qui ne sont pas toujours instinctifs, mais sont déterminants dans un jeu où chaque erreur a des conséquences dramatiques. Chaque pouvoir y est expliqué pour chaque situation.

Au final, ABXY est une vraie bonne surprise, que je regrette de n’avoir pas vu réussir son financement. Car il occupe un créneau relativement intéressant et vacant, de jeu d’affrontement sous format carte qui ne soit pas basé sur la gestion de ressource ou la collection, mais simplement sur le bluff et la programmation simultané. J’avoue cependant trouver le jeu trop éprouvant mentalement et émotionnellement pour le proposer très souvent. Non pas que je déborde d’adversaires avec qui y jouer, il est vrai !

Pour conclure : Le Comboteur ne peut assez recommander ni encourager ABXY, et lui attribue la note de

8/10

ABXY est les images d’illustration de cet article sont la propriété de Broken Games. Les images proviennent de boardgamegeek.com et de la campagne Kickstarter du jeu.
Advertisements

6 comments

  1. Merci pour cette découverte, ça donne vraiment envie.
    J’y trouve des similitudes avec Yomi de Sirlin games (qui est une simulation en jeu de cartes “tour simultané” des jeux vidéos type Street Fighter, que tu pourrais chroniquer à l’occasion).
    D’ailleurs, on notera les cartes action A, B, X, Y qui sont aussi les boutons de la manette Nintendo.
    Je pense que je vais me lancer dans une impression de ce jeu (l’idée des créatures grand format est intéressante).
    Penses-tu qu’il y a moyen d’encore étoffer le jeu avec d’autre créatures ?
    A première vue, un petit commentaire de design, le poids est assimilé à la vitesse d’attaque. Ce n’est pas illogique mais je préfèrerais une valeur quelconque dite de vitesse ou initiative (sans doute l’inspiration pokemon).

    Like

    • Content de t’avoir permis cette découverte. J’espère que tu trouveras de nombreux adversaires. N’hésite pas à me faire un retour.

      Pour ce qui est des nouvelles créatures, le système s’adapterait probablement très bien à n’importe quel univers, on l’on pourrait très bien imaginer des versions Batman, Marvel, Star Wars, Street Fighter, ou Digimon. Ou des gentlemen anglais à l’heure du thé, me dit mon partenaire. Je n’ai pas encore suffisamment exploité celles déjà existantes pour penser à de nouvelles moi-même, cependant 😉

      Like

  2. J’ai comme l’impression qu’ils ont retiré le Print’n’Play (je ne le retrouve pas dans ton lien). Est-ce à supposer une version physique à venir ?

    Like

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s