Sylvion – Les rebelles de la forêt

I – Présentation


Fiche descriptive
Nombre de joueurs : 1-2 joueurs
Durée : 30 minutes
Mécaniques : coopération, deckbuilding
Format de cartes : 58X90mm environ

Syvion est une jeu de Shadi Torbey, illustré par Elise Plessis, paru chez Z-Man Games en 2015, et distribué en France par Filosofia. Il s’agit du troisième jeu de cet auteur prenant place dans l’Onivers, créé pour Onirim.

Sylvion est une jeu solitaire ou coopératif dans lequel vous devez sauver la forêt de l’Onivers du terrible Ravage, qui souhaite la réduire en cendres grâce à son armée de minions et ses sorts dévastateurs.

Fort heureusement, vous serez aidés par les animaux de la forêt dans votre lutte, et pourrez compter sur les capacités spéciales des baleines, poissons, cerfs, écureuils, hibous et autres hérissons pour repousser l’envahisseur !

II – Le gameplay

1 – Composantes

Il existe plusieurs types de cartes dans Sylvion :

  • Les cartes Orée

Elles représentent la vitalité de la forêt, et délimitent également la zone de jeu sous la forme d’un carré de quatre emplacements sur quatre. Elles ont une face floraison, et une face désolation.

  • Les cartes Ravage
Ce soir, ils vont mettre le feu. Source : philibertnet.com

Elles représentent l’avancée de votre adversaire au cours de la partie, et existent sous deux formes différentes. Les élémentaux représentent les créatures invoquées par le Ravage, et qui vont tenter d’avancer jusqu’à l’orée pour l’incendier. Les cartes de soutien représentent les sorts que le Ravage va lancer pour renforcer ses élémentaux, et démobiliser vos animaux.

  • Les cartes Sylvestres
c’est sylvestre, c’est champêtre ! Source : philibertnet.com

Ce sont vos alliés. Elles seront constituées de cartes Fontaine, que vous placerez sur la zone de jeu afin de combattre les élémentaux, de cartes Arbre, qui permettront à la fin de la partie de rétablir la vitalité de la forêt, et de cartes Animaux, que vous pourrez jouer afin d’obtenir l’effet qui leur est propre.

2 – Solitaire

Il existe deux niveaux de jeu solitaire.

Le premier sert d’introduction au jeu, et vous propose de vivre une partie avec un nombre réduit de cartes alliées et ennemies.

Le deuxième vous fait traverser l’expérience complète, avec toutes les cartes du jeu, ainsi que la phase de mobilisation, qui n’apparaît pas dans le jeu d’introduction.

  • La phase de mobilisation

C’est au cours de cette phase que vous allez constituer le deck qui vous permettra de faire face au Ravage.

Toutes les cartes Sylvestres sont mélangées ensemble, toutes les cartes Orée sont mélangées ensemble dans un deck séparé et placées face floraison, puis vous tirez quatre cartes Sylvestres, constituant un paquet pour chacune. Il ne peut y avoir plus de quatre paquets, et chaque paquet ne peut excéder quatre cartes.

Vous choisissez un paquet parmi les quatre, qui constituera le début de votre deck. Après quoi vous révélez de nouveau une carte par paquet. C’est alors que vous révélez la face désolation de la première carte du paquet Orée. Le chiffre qui apparaît correspond à la pile de cartes que vous retirez définitivement de la partie, et qui ne pourra intégrer votre deck.

Vous révélez alors quatre nouvelles cartes,  choisissez un paquet, révélez de nouvelles cartes et une carte Orée, et ainsi de suite jusqu’à épuisement des cartes Orée, ou jusqu’à ce que vous deviez retirer de la partie un paquet de cartes vide.

  • La Bataille

Mélangez toutes les cartes Ravage et répartissez-les en quatre decks de manière égale.

Disposez toutes les cartes Orée face floraison de façon à former un carré vide de quatre cartes sur quatre cartes, que vous fermerez grâce aux cartes Ravage. Il s’agira de la surface de jeu.

Voilà à quoi ressemblera le plan de jeu durant la bataille. Source : boardgamegeek.com

Vous commencez par révéler une carte par paquet Ravage, puis par appliquer les effets des cartes Soutien dans l’ordre alphabétique des lettres qui apparaissent. Si vous avez des hérissons en main, vous pouvez en défausser autant que vous le souhaitez pour annuler l’effet d’autant de cartes Soutien que de hérisson défaussé. Les effets peuvent vous faire défausser des cartes, retirer des cartes de la partie depuis la défausse, augmenter la puissance des Elementaux, augmenter leur capacité de déplacement, etc. Puis, les Elémentaux avancent tous d’une case, depuis la droite vers la gauche.

Vous constituez ensuite votre main en piochant un certain nombre de cartes, suivant le niveau de difficulté que vous avez choisi. Vous êtes ensuite libre de jouer autant de cartes que vous le pouvez.

Certaines de vos cartes auront cependant un coût. Il est symbolisé en haut à gauche par une goutte d’eau remplie d’un chiffre. Cela signifie que pour pouvoir jouer cette carte, vous devrez au préalable défausser autant de cartes de votre main que le chiffre indiqué sur la carte. Après quoi vous appliquerez son effet.

Les fontaines sont des cartes que vous disposez sur la surface de jeu, et qui ont une autre valeur chiffrée : lorsqu’un Elémental arrive sur la même case que votre fontaine, un combat s’engage. Si la valeur de votre fontaine est supérieure à celle de l’Elémental, l’Elémental est détruit. Si elle est inférieure, votre fontaine est défaussée. S’il y a égalité, l’Elémental est détruit et la fontaine est défaussée. Lorsqu’une fontaine est défaussée depuis la zone de jeu, vous piochez une carte.

Tout comme les fontaines, les arbres se posent sur la surface de jeu, mais leur valeur de combat est systématiquement zéro, et ils ne survivent donc pas aux Elémentaux. Ils n’ont aucun effet sur la partie, et ne sont utiles qu’après l’assaut final, pour revitaliser les cartes Orée qui ont été retournées face désolation pendant la bataille.

Si vous deviez piocher une carte de votre deck Sylvestre et qu’il est vide, vous devez faire un choix : soit retirer deux cartes de votre défausse de la partie, soit mélanger votre deck, et retirer la première carte de la partie. Le nouveau paquet constitue alors votre pioche. Cette phase s’appelle la démobilisation.

  • Les conditions de victoire : Vous remportez la partie si, une fois les decks du Ravage épuisés et l’assaut final lancé, toutes vos cartes Orée sont du côté floraison.
  • Les conditions de défaite : Lorsqu’un Elémental arrive au niveau de vos cartes Orée, il en retourne autant du côté désolation que sa valeur de combat. Si vous deviez retourner une carte Orée du côté désolation et qu’elles sont déjà toutes sur ce côté, vous perdez la partie. Après l’assaut final, si une carte Orée est du côté désolation, vous perdez la partie.

3 – Coopération

Les règles du jeu en coopération sont les mêmes que les règles solitaires, sauf que :

  • Chaque joueur alterne les tours avec l’autre.
  • Pendant la phase de mobilisation, les joueurs choisissent les paquets de carte à tour de rôle pour constituer un paquet commun.
  • Pendant l’assaut, c’est à votre partenaire de défausser des cartes pour payer pour les vôtres, et vice-versa.
  • Si une fontaine est détruite, c’est au jouer dont c’est le tour de piocher une carte.

4 – Des variantes

La règle de jeu propose un certain nombre de variantes. Outre le jeu d’introduction, le jeu en solitaire ou coopération, vous avez également la possibilité de rendre le jeu plus difficile en piochant moins de cartes lors des renforts : de trois pour une partie normale à une ou deux pour des parties difficiles.

Le jeu propose également une figurine de Ravage, qui donne une deuxième vie aux Elémentaux sur lesquels elle est posée. Vous devrez donc les vaincre deux fois, et ils viendront systématiquement à bout des fontaines, même les plus fortes.

Enfin, le jeu propose deux extensions, qui sont en réalité plutôt des modules : un pour le deck du Ravage, et un pour le vôtre.

A noter qu’un pack promotionnel existe mais est difficile à trouver, et propose de recouvrir toute la surface de jeu avec des cartes pouvant avoir un effet au moment où vous posez une fontaine.

III – Pourquoi c’est bien (ou pas)

Pour :

  • Sylvion est beau ! Le style graphique ne plaira pas à tout le monde, mais il se démarque dans un univers formaté. Un peu niais, l’aquarelle rend pourtant très bien sur ce format de carte. Il peut par contre être difficile de reconnaître certains animaux, notamment les baleines et les éléphants. Mais les différencier les uns des autres reste facile.
  • Sylvion est agréable ! Le jeu suit un cours très fluide une fois qu’on a assimilé les différentes mécaniques, et les phases de jeu s’enchaînent sans accroc jusqu’à l’assaut final.
  • Sylvion est satisfaisant ! Construisez votre deck et riez devant l’impuissance du Ravage ! Puis augmentez la difficulté.

Contre :

  • Sylvion est spatiophage ! La surface de jeu nécessaire peut prendre de court, prévoyez un espace de jeu assez grand, notamment en longueur, en raison du format des cartes.
  • Sylvion est facile ! Si vous êtes habitués à comboter, alors vous savez que la pioche c’est la vie, et vous accumulez les hiboux. Solution : moins de renforts !
  • Sylvion est plein d’icônes ! Tu ne les adoreras point. Par contre, il faudra les retenir par cœur, ou garder la (magnifique) règle sous les yeux toute la partie.

IV – L’avis du Comboteur Fou

Sylvion est un jeu que j’ai acheté au même moment qu’Urbion et pour les mêmes raisons, mais en m’étant mieux renseigné.

Je savais donc à quoi m’attendre et je n’ai pas été déçu. Le côté deckbuilding en début de partie est très agréable pour un amateur de draft et un joueur de Seasons comme moi. Le déroulement de la partie me rappelle un peu Might and Magic: Duel of Champions par l’utilisation de l’espace et les “cases” horizontales, et l’impression de puissance est réellement présente lorsque vous avez les bonnes fontaines, que vous meulez les decks du Ravage à coups de colombes et contrecarrez ses sorts à coups de hérissons. Sans compter les fois où il vous faut défaussez une main vide et que vous riez grassement en réponse à cet avantage bienvenu.

Il me faudra clairement augmenter la difficulté pour ma prochaine partie.

Majoritairement joué en solo, j’ai pu également l’essayer en binôme à deux reprises, et l’ai trouvé très fluide également, très agréable, avec des dialogues construits et constructifs entre les joueurs sur la meilleure façon d’agir pour optimiser ses cartes et réduire l’impact de celles du Ravage.

Pour conclure : le Comboteur aime Sylvion, mais a besoin d’une plus grande table, et lui attribue la note de

7,5/10

 

Sylvion est la propriété de Z-Man Games. Les images d'illustrations sont issues de boardgamegeek.com
Advertisements

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s