Ascension Online

Depuis un Kickstarter réussi, l’univers d’Ascension s’est étoffé d’une version Online, disponible sur les supports iOS, Android, et PC (par Steam).

Je ne parlerai dans cette article que de la version PC.

Pour ce qui est des règles du jeu et et de la présentation d’Ascension, merci de vous référer aux articles idoines.

L’application est disponible ici : http://store.steampowered.com/app/320430

Elle a été développée par l’entreprise Playdek.

I – Présentation

Ascension Online est une application vous proposant de jouer à Ascension et à ses différentes extensions sur votre terminal numérique, contre l’intelligence artificielle (IA) (facile ou difficile), ou contre un ou plusieurs humains.

Gratuite sur iOS et Android, elle vous coûtera 9.99€ sur PC. En contrepartie, toutes les extensions sont incluses, alors qu’il faudra les acheter une à une sur les autres supports.

Les extensions actuellement disponibles sur PC sont :

  • Chronicles of the Godslayer
  • Return of the Fallen
  • Storm of Souls
  • Immortal Heroes
  • Rise Of Vigil
  • Darkness Unleashed
  • Realms Unraveled
  • 4 Promo Packs

A noter : l’extension Dawn of Champions, actuellement disponible sur iOS et Android, est en cours de développement pour le PC. Dreamscape devrait être proposé début 2016.

Au niveau des à-côtés, vous pourrez consulter la liste complète des cartes, par faction et par extension ; les règles par extension ; mettre ou non le son, la musique et les cris des cultistes ; changer le thème général de l’application ; et modifier la vitesse du jeu et des animations.

Il vous sera nécessaire, afin de jouer en ligne, de créer un compte Playdek.

Vous pouvez consulter la liste par extension et par faction
Une des cartes multi-factions de l’extenson Realms Unraveled

II – En jeu

Les modes de jeu que vous propose l’application se résument simplement :

  • Partie normale contre un ou plusieurs adversaires humains, dans la limite de quatre joueurs. Temps et extensions paramétrables.
  • Partie normale en local contre l’IA et/ou des joueurs humains, dans la limite de quatre joueurs. Nombre de cristaux d’honneur, difficulté et extensions paramétrables.

En jeu, les visuels sont ceux des premières éditions. Lorsque des actions vous sont possibles, un code couleur entoure les cartes. Blanc pour ce que vous pouvez jouer depuis votre main, ou les artefacts et trophées que vous pouvez activer, vert pour ce que vous pouvez acheter, rouge pour ce que vous pouvez combattre, jaune pour ce que vous devez défausser ou détruire, violet pour quand vous pouvez bannir. Un bouton permet de jouer toutes vos cartes, un autre termine votre tour. Les artefacts et trophées disposent de leur propre zone escamotable. Vous pouvez à tout moment consulter votre défausse, votre decklist, le néant, et, si vous cliquez sur sa zone, voir les derniers tours de votre adversaire, ainsi que ses différentes zones : défausse, decklist, artefacts en jeu.

Il vous suffit d’effectuer un clic droit sur une carte pour l’agrandir et afficher son menu si besoin, pour la mettre au dessus de votre deck par exemple. Un clic gauche effectuera automatiquement l’action impliquée par la couleur en surbrillance. Attention donc où vous cliquez si vous jouez Void !

Pour ce qui est des parties en ligne, elle sont asynchrones, c’est-à-dire que vous pouvez effectuer votre tour et partir faire autre chose, voire même fermer le programme, tout en laissant la partie suivre son cours. Il est ainsi possible de programmer une partie sur plus d’une semaine. Le temps alloué à chaque joueur est défini au moment de la création de la partie, et peut varier de 10 mintues à 14 jours.

Exemple d’une partie à quatre joueurs, au moment de bannir une carte. Notez que la défausse est ici ouverte

III – L’avis du comboteur fou

Pour 10 euros, Ascension Online vous permet de vous mesurer à des joueurs que vous n’auriez autrement pas pu affronter, et avec des extensions qui ne sont pas distribuées en France et sur lesquelles il est par conséquent délicat de mettre la main. Notez à ce sujet que des tournois sont organisés sur les forums du site http://ascensiongame.com, dont  certains permettent notamment de remporter de vraies boîtes du jeu. C’est également un moyen de s’entraîner contre une IA sans pitié, et de jouer avec toutes les extensions sans avoir à mélanger plus de mille cartes.

Si je regrette toujours le fait que l’on perde le contact humain avec ce genre de portage numérique, il faut avouer qu’Ascension n’est pas non plus le jeu le plus interactif qui soit, ni le plus propice à la discussion. Et peut-être certains verront-ils au contraire un aspect très positif au fait de ne plus entendre leur partenaire de jeu pester contre leur chance, ou se gausser lors de ses victoires.

l’IA, si elle est relativement performante lors d’une configuration normale, est plutôt aisée à battre si vous mettez 120 cristaux d’honneur et des packs promos dans l’affaire, et il est fréquent que je lui mette plus de cent poins dans la vue, ce qui n’est vite plus amusant.

Le Comboteur Fou aime

  • Le choix du plateau de jeu et du thème général
  • Les parties asynchrones
  • Toutes les extensions pour dix euros
  • Ne pas pouvoir discuter avec son adversaire (= pas d’insulte ni de rage)
  • Pouvoir mener plusieurs parties en même temps en passant de l’une à l’autre d’un simple clic
  • Ne pas avoir à battre mille cartes lorsqu’il mélange toutes les extensions

Le Comboteur Fou n’aime pas

  • Les crash qui obligent à redémarrer le pc
  • Les succès qui ne se débloquent pas
  • Ne pas préparer et ranger les cartes
  • L’absence de variante

Le Comboteur attribue à Ascension Online la note de

6/10

 

Ascension et les images d'illustration de cet article sont la propriété de Stoneblade Entertainement  et Playdek.
Advertisements

2 comments

  1. Mais c’est ça qui est drôle quand tu joues : entendre ton partenaire pester contre toi parce que tu as encore joué combat et que tu enchaînes les victoires contre les monstres. Puis le voir sourire bêtement, parce qu’après avoir tant râlé, il se rend compte qu’il a quand même gagné, grâce à une acquisition réfléchie de Mechanas. Ceci n’étant qu’un exemple parmi tant d’autres.

    Sinon, pour avoir également testé la version en ligne, je trouve que c’est dommage de ne pas pouvoir agrandir l’écran de jeu. Certes, on a les moyens de voir les cartes en cliquant dessus, mais c’est vite pénible.

    J’apprécie énormément le comptage automatique qui permet d’éviter les erreurs et les oublis de runes et points de combat. Ca arrive fréquemment dans le vrai jeu.

    J’aime moins l’aspect trop automatique, le fait de ne pas pouvoir revenir en arrière si tu cliques au mauvais endroit, la paresse qui nous prend vite à l’idée de sortir le vrai jeu. Et puis, surtout, je joue sans son. Parce que la bruit automatique des cartes, et la musique de fond, ca me rend folle. Je préfère mille fois entendre de vraies cartes battues, jouées, mélangées… Et puis, les avoir en main, plutôt que la souris d’ordinateur, c’est quand même plus plaisant. C’est comme comparer un livre à sa version électronique. Y a pas photo. La version électronique n’est à utiliser qu’en cas de besoin. On ne me fera pas changer le plaisir qu’il y a à sentir le grain des pages, à les tourner une à une, à sentir l’odeur de l’encre et du papier…

    Bref, je m’égare, mais mon choix est vite fait. 🙂

    Like

  2. Effectivement, je n’ai pas mentionné qu’il est pour l’heure impossible, sur PC, de passer la fenêtre en plein écran sous peine de plantage du programme, que ce soit par les options de contrôle du programme ou par ceux de Windows.
    Les autres problèmes connus sont : le gel des succès pour ceux qui vous demandent d’acheter ou de battre toutes les cartes d’une extension ; le plantage de la version Steam quand quelqu’un joue Snake Shaman ; l’extrême lenteur de l’IA, notamment sur RoV ou RU.

    Le fait d’enchaîner des parties de 10min sans temps mort, ou de jouer une partie sur plusieurs semaines, ainsi que le fait d’avoir accès à ses statistiques, peut déstabiliser et retirer du plaisir de jeu. Il peut également être difficile de retourner à la version physique et de penser à tout quand ce n’est pas géré directement par l’interface.
    Cela peut être particulièrement vrai pour le type de tour qui vous fait finir à 1000+ points sur Realms Unraveled et qui est totalement ingérable en vrai (Adayu + Dhartha + Emri + Remus = gros mal de crâne)

    En revanche c’est un bon terrain de jeu pour tenter des combos improbables contre lesquelles votre adversaire concèdera de toute manière (le tour mentionné précédemment, la combo “tours infinis”) et pour élaborer des stratégies et effectuer des tests.

    Je continue à trouver intéressant de voir d’autres joueurs en action sur une extension que je maîtrise bien, et de voir que leurs priorités sont totalement différentes des miennes. Ainsi, un joueur qui me laisse tous les méchanas et maître Dhartha, et qui refuse de bannir, s’il ne représente pas nécessairement un challenge élevé, apporte une vision différente de la partie. C’est la multitude des nouveaux points de vue que l’on rencontre qui nous permet par la suite de progresser.

    Like

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s